Archives de Tag: sexualité

Le clitoris

Par défaut

Ce n’est qu’en 1998 que l’on connaît enfin anatomie exacte du clitoris.  En 2008 arrivent les premières échographies du clitoris.  Plutôt surprenant qu’il faille attendre le 21ième siècle pour se pencher sur le sexe des femmes !  Il semble qu’un tabou continue de dominer la sexualité des femmes au point que les recherches restent frileuses en la matière.  La religion pour qui la sexualité est procréatrice et la psychanalyse au travers Freud qui a fait croire aux femmes de son époque qu’un orgasme clitoridien est une preuve d’immaturité participent de ce tabou.  Il est temps de rendre au clitoris ses titres de noblesses.

Le clitoris-en-3dclitoris est un corps érectile avec plus de 8000 terminaisons nerveuses.  Il est composé d’un capuchon et d’un gland. Le gland, recouvert par le capuchon, constitue sa partie visible à l’intersection des petites lèvres.     Il se compose de différentes parties : Le capuchon est protégé par un repli de peau formé à l’avant des petites lèvres. Le gland est situé tout au bout. Il est formé de muqueuse (rose et très sensible, mesurant entre 0,5 et 1 cm.  La racine (prolongement invisible du gland mesure 8 cm de long et 5 cm de large) se divise en deux parties (double arche) qui vont entourer les bords latéraux du vagin et de l’urètre.

Le clitoris est la principale source de plaisir féminin.  95% des femmes qui le connaissent parviennent à l’orgasme en moins de quelques minutes en le stimulant.  Lors de la pénétration, les contractions périnéales réflexes stimulent la double arche du clitoris ce qui amène à l’orgasme.  Ce qu’on appelait « l’orgasme vaginal » serait donc la stimulation du clitoris via les bords latéraux du vagin.  Cet orgasme serait donc un orgasme « clitoridien ».

Pour mieux comprendre le fonctionnement, voici une vidéo de 10 minutes qui montre sous échographie les stimulations du clitoris.

 

 

Reportage Arte : l’histoire du clitoris

 

Maltier Paule-Rita
Psychologue-sexologue
Centre médical Cap Santé – LIMELETTE
therapeutemaltier.wordpress.com
therapeutemaltier@gmail.com
0495/22.74.48

 

La culture du viol

Par défaut

culture du viol.jpgToutes les 7 secondes une femme est violée en France.  Dans 70% des cas, le viol est le fait d’une personne connue de la victime (père, conjoint, oncle, ami…)  Pour 27% des Français interrogés dans le cadre d’une enquête sur le viol et les violences sexuelles, la responsabilité du violeur est atténuée si la victime portait une tenue sexy. (Une jupe, c’est sexy ?  Pensez une seconde à votre tenue du Nouvel an, à celle de votre fille, de votre femme ou de votre mère).

Dans ce même pays, le Rappeur Orelsan n’a pas été condamné pour incitation à la haine pour sa chanson « St Valentin » qui dit entre autres : Je vais la limer…J’adore les petites coquines avec des couettes … tes copines vont t’appeler Cosette…Je suis là pour te mettre 21 cm, tu seras ma petite chienne…suce ma bite pour la saint Valentin…  Je crache dans ta femme enceinte et je te fais un bébé nageur…J’aime celle qui encaisse jusqu’à devenir handicapée physique…J’aime les chattes qui n’ont pas le bac…j’aime les blondes quand elles sont bâillonnées…

En France, mais également en Belgique, la culture du viol porte le nom de liberté d’expression.  Pourtant, si l’on remplaçait le mot femme par juif ou noir, tout porte à penser qu’il aurait été condamné.  Deux femens ont réagi en postant une parodie du clip : Le même langage immonde dans la bouche de ces deux femmes : Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles.  Ca donne « suce mon clit pour la saint Valentin ».

Nos pays européens, dit démocratiques, font de la grandes moitié de ces habitants -les femmes- des citoyens minorisés, c’est-à-dire des citoyens qui doivent revendiquer pour obtenir des droits au même titre que la population générale.  Au fait, pendant que vous lisiez ce message 1 minute s’est écoulée.  10 femmes supplémentaires essayent de se reconstruire rien qu’en France. Une seule d’entre elles osera porter plainte.  La honte reste dans le camp de la victime à cause des choix politico-judiciaires. Pour rappel, 50% des plaintes sont classées sans suite.  C’est cela aussi, la culture du viol.

Pour lire le rapport d’enquête sur le viol et les violences sexuelles en France :

Cliquer pour accéder à RAPPORT-ENQUETE2016_IPSOS-AMTV.pdf

Pour voir la vidéo d’Orelsan non condamnée par la France : https://www.youtube.com/results?search_query=orelsan+saint+valentin

Pour voir la vidéo des femens : https://www.youtube.com/watch?v=P7jnvgNX-ao

 

 

 

La formation de sexologue

Par défaut

MaltierAvant de choisir un sexologue, assurez-vous que celui-ci a reçu une formation universitaire.  En effet, cette profession n’est pas encore protégée. N’importe qui peut  s’installer comme sexologue.  Il s’agit donc d’être prudent.

Pour faire votre choix, rendez-vous sur le site de la SSUB, société des sexologues universitaires de Belgique.  Une carte de Belgique vous permettra de choisir le sexologue formé le plus proche de chez vous.

Le sexologue universitaire reçoit une formation pluridisciplinaire.

Cette formation l’amène à poser un regard multidisciplinaire sur votre difficulté.  Le sexologue cherchera avec vous les facteurs impliqués.  S’agit-il d’une problématique médicale, psychologique, relationnelle et/ou encore culturelle ?  Amène-t-elle une dimension éthique voire légale ?   Pour mener à bien sa mission d’investigation, le sexologue s’appuie sur  un réseau.  Cela sans jamais déroger à la règle du secret professionnel.  Chaque démarche est pensée et posée en accord avec vous, le patient.

Par exemple, le sexologue pourra vous demander des examens complémentaires à faire chez votre médecin : diabète, tension, … afin d’écarter des causes organiques.

La plupart du temps, un sexologue a également d’autres formations universitaires en plus.  Certains d’entre eux sont psychologues, d’autres gynécologues ou urologues.

Dans mon cas, je suis formée à la psychologie ainsi qu’à la prise en charge des abus sexuels et des violences dans le couple/la famille.

Maltier Paule-Rita, Psychologue – sexologue

Centre médical Cap Santé – Avenue Albert 1er – 1342 Limelette

Téléphone : 0495/22.74.48.

therapeutemaltier@gmail.com

Tabac et santé sexuelle

Par défaut
Tabac et santé sexuelle

Chaque année 6 millions de personnes meurent du tabac dans le monde. 600.000 de ces décès sont des personnes non fumeuses qui côtoient des fumeurs. (OMS,  2014)

En Belgique, une femme sur 5 est fumeuse et un homme sur 4 est fumeur.

Le tabagisme a des répercussions sur la santé sexuelle des couples.

Par exemple, saviez-vous :

  • Messieurs qu’en fumant (ou en vous exposant à la fumée) vous augmentez vos troubles érectiles, diminuez la quantité, la mobilité et la normalité de vos spermatozoïdes, rendant la conception plus compliquées. Vos spermatozoïdes maltraités par la cigarette font peser un risque d’anomalies chromosomiques à votre futur bébé.

 

  • Mesdames qu’en fumant (ou en vous exposant à la fumée) vous diminuez vos sécrétions vaginales augmentant ainsi le risque de douleur lors de la pénétration, augmentez vos risques de développer un cancer du sein, de col de l’utérus, de la vulve ; diminuez vos chances de procréer, augmente le risque de fausses couches, de grossesse extra-utérine, de malformations fœtales, de développement anormal du cerveau de votre futur enfant.

Vous désirez améliorer votre sexualité, vous désirez un enfant…  Faites vous aider pour arrêter de fumer.

Fumer est un comportement à risque pour votre santé et la santé de votre entourage.

 

Et si un problème de santé cachait une violence sexuelle ?

Par défaut

Que vous le sachiez ou non, quelqu’un de votre entourage a, un jour, été victime de violences sexuelles.

Peut-être même vous-même.

Les violences sexuelles sont un fléau qui touche un homme sur six et une femme sur quatre, et ce principalement dans l’enfance. 

L’absence d’étude épidémiologique française de grande envergure contribue à l’inertie politique en matière de traitement et de prévention de telles violences.

Les conséquences médicales chroniques sont immenses sur le plan humain et estimées à plusieurs milliards d’euros par an.

L’objectivation de cet élément devrait permettre une écoute plus attentive des pouvoirs publics sur le sujet des violences sexuelles.

C’est pourquoi l’association Stop aux Violences Sexuelles, qui a mis en place une stratégie d’éradication de ces violences, conduit cette étude coordonnée par une équipe médicale, dont les résultats devraient être un levier important pour débloquer des budgets au titre du soin et de la prévention et faire conscientiser ce fléau au plus grand nombre.

Pour participer à cette étude, il convient d’adresser un mail à la coordinatrice des inclusions sur   svs.eme14.001@gmail.com 

 

Toute information sur Stop aux Violences Sexuelles

Maison des Associations, 23 rue Vernet, 75008 Paris

http://www.stopauxviolencessexuelles.com/

Victime d’abus sexuel

Par défaut

Les abus sexuels, abus physique et psychologiques vécus durant l’enfance sont toujours destructeurs.  Surtout lorsque l’auteur des faits était une personne sensée protéger l’enfant. Surtout aussi lorsque l’enfant ne trouve pas de lien sécurisant où se confier et que personne n’est venu l’aider.  Le système de valeur, les liens affectifs, la confiance, le sentiment de sécurité sont mis à mal.  Souvent, l’enfant adopte une stratégie de survie qui va lui permettre de tenir le coup.  Ce système de survie deviendra ensuite le « handicap » de sa vie d’adulte.

Certaines personnes, par exemple, évolueront vers de l’hypersexualisation, d’autres vers de l’hyper vigilance avec incapacité de lier un lien affectif, d’autres encore vont surinvestir l’intellect et désincarner leur corps…

Ces personnes vont parfois ne pas se souvenir de l’événement pendant des années et le retrouver brutalement au détour d’une expérience rappelant l’effraction.

Le trauma laissera des traces et il sera nécessaire de rentrer en thérapie pour sortir de la survivance et entrer dans la vie.

Ce que je propose :

Un lieu d’écoute totalement confidentiel où je serai vigilante à garantir un lien de sécurité pour faire face à l’anxiété de la réminiscence du trauma.  Moment de parole mais aussi moment de retour à ce corps désinvesti dans le plus grand respect du rythme de la personne. 

1. Que dit la loi ?

En février 2006, lors d’une conférence interministérielle, les Ministres fédéraux, régionaux et communautaires ont adopté une définition unique des violences familiales ou violences conjugales qui nous offre un cadre de loi :

« Les violences dans les relations intimes sont un ensemble de comportements, d’actes, d’attitudes de l’un des partenaires ou ex-partenaires qui visent à contrôler et dominer l’autre. Elles comprennent les agressions, les menaces ou les contraintes verbales, physiques, sexuelles, économiques, répétées ou amenées à se répéter portant atteinte à l’intégrité de l’autre et même à son intégration socioprofessionnelle. Ces violences affectent non seulement la victime, mais également les autres membres de la famille, parmi lesquels les enfants. Elles constituent une forme de violence intrafamiliale.
Il apparaît que dans la grande majorité, les auteurs de ces violences sont des hommes et les victimes, des femmes. Les violences dans les relations intimes sont la manifestation, dans la sphère privée, des relations de pouvoir inégal entre les femmes et les hommes encore à l’œuvre dans notre société. »

Précaution : Dans le texte qui suit, nous employons le pronom « IL » Pour désigner le partenaire qu’il soit homme ou femme.

2. Vous rencontrez quelques uns des comportements ci-dessous ?

Il vous crie dessus ? Il vous insulte ? Il a des propos sexiste, racistes ?  Il vous surveille ?  Il vous suit partout où vous allez ?  Il est maladivement jaloux ?  Il vous critique de manière répétitive, directement ou via les enfants, votre entourage ?  Il critique votre travail, vos tenues, votre physique, vos amis ?  Il vous téléphone sans cesse ?  Il veut connaître tous vos faits et gestes ?  Il questionne les enfants sur votre emploi du temps, sur les personnes présentes ?  Il publie des commentaires sur vous sur internet ?  Il invite les autres à faire de même ?  Il colporte des ragots sur vous et vous fait passer pour folle dans votre entourage ?  Il vous humilie en public ou en privé ?  Il vous rabaisse, vous dénigre ?  Il menace de représailles ?  Il menace de se suicider, de tuer les enfants, le chat ?  Il vous isole, vous coupe de vos amis, votre famille ?…

->C’est de la violence psychologique.

 

Il contrôle vos dépenses ?  Il vous empêche de travailler ?  Il vous prend votre carte bancaire ?  Il ne paye pas les pensions alimentaires ? …

-> C’est de la violence économique.

 

Il s’en prend à des personnes, choses ou animaux importants pour vous ?  Il vous empêche de sortir de chez vous, il vous coince ?  Il vous serre les bras ?  Il vous bouscule ?  Il vous gifle, vous frappe ?  Il frappe dans les portes, dans les voitures, les objets ?  Il vous prive de médecin, de soins ?…

-> C’est de la violence physique

 

Il impose par la force ou par quelques autres moyens, les moments des relations sexuelles ?  Il ne respecte pas votre « non » ?  Il ne tient pas compte de votre désir ?  Il impose des pratiques sexuelles non désirées ?  Il profite de moment de fragilité pour prendre un rapport sexuel ?

->  C’est de la violence sexuelle

Quand l’événement a eu lieu, l’auteur vous culpabilise et minimise les faits.

Il peut vous dire :

« Tu m’as cherché, tu sais bien que moi quand on me met à bout ! », « J’étais bien obligé de faire l’amour, tu m’as déjà dit « non » hier.  Je t’aime, je ne comprends pas que toi, tu ne m’aimes pas. », « Tu vas pas en faire un plat », « Qu’est-ce que tu es immature », « Tu es complètement folle ma pauvre fille », « Tu es contre moi, tu ne m’aimes pas.  Tu fais tout pour m’humilier »…

-> Vous perdez totalement vos repères.  Vous vous remettez en question, vous cherchez à comprendre. Vous perdez confiance en votre bon sens, vos ressentis, vos émotions.  Vous sentez pourtant que quelque chose cloche.  Vous ne disposez pas d’un entourage qui valide vos perceptions ? Les seuls tiers restants sont contaminés par la vision de l’auteur.  Ils le soutiennent dans sa vision du monde.  Ils peuvent vous culpabiliser eux aussi.

3. Les conséquences sur la victime

Les victimes de ces violences souffrent de nombreuses conséquences.  Outre les conséquences physiques on note, des problèmes de santé chroniques (A titre d’exemple : maux de tête, troubles alimentaires, maux de dos, infections urinaires récidivantes…) des troubles psychologiques avec en priorité une perte de l’estime de soi et de la dépression, du stress, de l’anxiété, des attaques de panique, du désespoir allant jusqu’à des tentatives de suicide.

Il se peut également que la victime n’ait aucun symptôme si ce n’est le déni : déni des événements, déni de ses émotions, déni d’elle-même.   Cela permet à la personne victime de ne plus ressentir la souffrance psychologique que l’événement a créé.  Mais cela entretient la relation d’emprise.

Certaines victimes ne pouvant faire face à la souffrance psychologique engendrée par la violence conjugale adopte des comportements de fuite avec consommation d’alcool, de drogues ou de médicaments.

Les symptômes du syndrome de stress post-traumatique peuvent également se manifester avec sentiment de peur ou d’impuissance, cauchemars, évitement des lieux ou personnes associés au traumatisme, irritabilité, hypervigilance, réminiscence de l’événement traumatique.

L’isolement social, les troubles d’insertion professionnelle font également parties des difficultés des victimes de violence conjugale.

4. Comment en sortir ?

Pour sortir du cycle de la violence qui s’installe entre les partenaires du couple plusieurs solutions possibles.  Et, ces différentes solutions ont un point commun sortir de la logique du secret, mettre du tiers fiable dans la relation.

Je vous propose des séances individuelles totalement confidentielles pour faire le point sur votre situation, explorer ensemble les pistes de solutions, retrouver confiance en vos émotions, ressentis, limites, capacités, reprendre du pouvoir sur votre vie, réfléchir sur les stratégies de fuite en cas d’urgence, poser calmement la question du « rester à quel prix ? »  Comprendre comment fonctionne une relation d’emprise.

Cela ne signifie pas forcément de mettre en terme à la relation, plusieurs pistes sont possibles.  Nous envisagerons ensemble les différentes possibilités en fonction de votre parcours, de ce qui a déjà été tenté.       

 

Maltier Paule-Rita

0495/22.74.48

Centre Médical Cap-Santé

Avenue Albert 1er

1342 Limelette

et

Rue des Oeillets, 24

5020 Vedrin ( Namur )